ENACO soutient Benjamin Vallé pour l’Ironman de Nice 2016 !

ecole-actu

ENACO soutient Benjamin Vallé lors de l’IRONMAN de Nice !

Séduite par le projet et la motivation de Benjamin Vallé, ENACO, 1ère école de commerce à distance, a décidé de s’engager à ses côtés à l’occasion du célèbre IRONMAN de Nice.

Cette course emblématique du triathlon longue distance se déroulera le dimanche 5 juin devant 80 000 spectateurs et offrira un parcours hors norme de 226 km, dans un cadre majestueux.

Pouvez-vous vous présenter à nos étudiants ?

Bonjour je me présente, je m’appelle Benjamin Vallé, je suis masseur kinésithérapeute de profession, sportif depuis toujours. J’ai d’abord passé de nombreuses années sur les terrains de football avant de chercher un sport un peu plus orienté performance solitaire. Je me suis dans un premier temps tourné vers la course nature (le trail) pour ensuite me passionner pour le triathlon depuis maintenant 5 ans.

Pourquoi souhaitez-vous concourir pour l’Iron Man de Nice ? Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est cette compétition ?

Ma première rencontre avec le triathlon date d’il y a plus de 10 ans. A l’époque je passais une bonne partie des vacances avec mes parents dans le sud-est de la France à quelques centaines de kilomètres de Gap au lac d’Embrun, c’est ici que tous les ans au mois d’août a lieu l’un des Ironman les plus difficiles au monde. Je me souviens à 14 ans de me lever à l’aube pour aller admirer cette foule de sportifs chevronnés se jeter dans l’eau du lac alors que le jour n’était même pas encore levé. Tous les ans, ce spectacle me donnait les mêmes émotions. Cette détermination sur le visage de ces athlètes, ce dépassement de soi et cette rigueur qu’impose cette discipline me donnent encore aujourd’hui la force et la motivation de me lever tous les matins pour parfaire mes entraînements. C’est dans ces belles années que je me suis dis « un jour je le ferai! »

L’Ironman de Nice est un triathlon (enchaînement de natation, vélo et course à pied) longue distance. C’est à dire, 3,8 km de natation suivis de 180 km de vélo et pour finir une course à pied de 42 km. Le tout bien sûr dans la même journée et sans repos entre les épreuves.

A quelle fréquence vous entraînez-vous ?

J’ai l’habitude de m’entraîner tout au long de l’année à une fréquence de 7 à 8 h par semaine, mais pour préparer l’Ironman de Nice, j’ai dû augmenter la charge de travail de 14 à 18 h par semaine, de manière progressive dans les 4 mois qui précédent l’épreuve… Mes semaines s’articulent autour de 2 à 3 entraînements de natation (7 à 10 km / semaine) , 2 ou 3 sorties vélo (200 à 300 km / semaine) et 2 entraînements de course à pied (25 km).

Quelles sont, d’après vous, les valeurs communes entre un sportif de haut niveau et un étudiant ?

Beaucoup de valeurs sont communes entre le programme chargé de l’étudiant et mes semaines d’entraînement. Nous avons tous deux besoin d’une organisation carrée si nous voulons pouvoir être efficace dans notre travail et nous garder des plages horaires pour la vie quotidienne. Nous devons aussi pouvoir être concentrés au maximum dans nos entraînements comme dans nos révisions pour pouvoir optimiser le temps de travail et ainsi se libérer du temps à côté pour d’autres loisirs. Enfin, pour mener au mieux ces deux paramètres, nous devons conserver une hygiène de vie relativement saine pour parvenir à nos objectifs sur du long terme.

Comme les étudiants d’ENACO vous avez un objectif à atteindre. Comment mettez-vous en oeuvre tous les moyens pour l’atteindre ?

Bien sûr j’ai un objectif à atteindre. La première chose que je mets en oeuvre pour y parvenir est un travail sur moi-même. Il est important de bien se connaître et d’être entièrement conscient de ses capacités autant physiques qu’intellectuelles. En tant qu’étudiant je savais que je ne jouerais jamais les premiers de la classe mais ce n’est pas pour autant que j’ai accepté de me retrouver dans la deuxième partie du tableau ! En tant que sportif c’est la même chose. Le haut du tableau est réservé à l’élite (les professionnels) mais avec le travail et le sérieux que je fournis à l’entraînement, j’ai bon espoir d’aller chatouiller le premier tiers des classements sur les différentes compétitions. Comme je l’ai dit plus haut, l’hygiène de vie, la rigueur et l’enchaînement des séances d’entraînement sont les meilleurs moyens pour réussir.

Quel conseil donneriez-vous à nos étudiants ?

Bonne question ! Si c’était au niveau sportif je leur déconseillerais d’avoir la même idée que moi car il faut vraiment être à moitié fou pour enchaîner les 50 heures de boulot quotidien aux 18 heures d’entraînement et d’enchaîner avec une vie de jeune père de famille!

Sur le plan scolaire je leur souhaiterais de profiter au mieux de cette chance qu’ils ont de s’instruire au quotidien. Profitant moi-même régulièrement de formations professionnelles (et oui une chose en plus dans l’emploi du temps !) je continue à goûter au plaisir d’en apprendre tous les jours dans mon métier et c’est à mes yeux l’une des plus belles choses à vivre que d’apprendre !

Notez cet article :

Soyez le premier à donner votre avis !


Article publié le 08/11/2016

les articles qui pourraient vous intéresser

ecole-actu

L’excellence de la politique qualité d’ENACO doublement récompensée
Lire l'article

ecole-actu

Hélène Lejeune remet le Prix de l’Entrepreneur de l’Année 2015 région Nord de France
Lire l'article

ecole-actu

ENACO réussit avec succès son audit de suivi pour la norme ISO 9001 !
Lire l'article