Les débouchés du Bachelor européen E-commerce

orientation

En juillet 2017, ENACO a lancé plusieurs formations notamment le Bachelor européen E-commerce, un diplôme de niveau Bac +3 délivré par la FEDE. ENACO a fait le choix de proposer une formation dans un secteur en plein essor grâce à la révolution numérique et du digital qui bouleverse actuellement la totalité des secteurs. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les débouchés du Bachelor européen E-commerce ainsi que le secteur du e-commerce en lui-même.

Les débouchés du bachelor européen E-commerce

Le Bachelor E-commerce couvre un large panel de compétences et offre aux étudiants des débouchés professionnels variés. Une fois diplômé, l’étudiant pourra intégrer 4 domaines professionnels différents : les métiers de l’informatique, les métiers de la production web (web content, webdesign), les métiers du marketing (online, CRM) ou les métiers du commerce. Parmi les débouchés de ce bachelor, on retrouve les postes suivants :

  • Traffic manager : Le traffic manager a pour objectif d’optimiser tous les leviers d’acquisition de trafic web afin de donner la meilleure visibilité possible au site internet dont il a la charge dans le but de générer le maximum de trafic et de chiffre d’affaires. Il maitrise les différents leviers de prospections (SEA, SEO, affiliation, display, etc.) dans le respect des budgets qui sont fixés par sa Direction. Le métier de traffic manager inclut également un volet analyse très important. Les tableaux de bord font partie de son quotidien. Il analyse le trafic et l’audience du site et sa fréquentation. Il mesure avec précision l’audience de son site en utilisant différents indicateurs clefs comme le nombre de pages vues, le nombre de clics, les requêtes saisies dans le moteur de recherche interne du site., etc. Le traffic manager peut évoluer chez l’annonceur ou en agence.

  • Community manager : le community manager a pour objectif de créer et fédérer une communauté d’internautes autour de la marque/de l’entreprise dont il a la charge. Il utilise principalement les réseaux sociaux (Youtube, Facebook, Twitter, Linkedin…). Ambassadeur de la marque auprès des internautes, il communique les messages de l’entreprise à cette communauté et créé un dialogue avec les internautes. Le Community manager est en veille constante : il doit suivre ce qui se dit de la marque et veiller à la e-reputation de cette dernière. Son poste possède également une part éditoriale forte : il doit créer et fournir du contenu digital. Il a pour but d’humaniser l’entreprise et de la rendre accessible aux consommateurs. Il dialogue avec eux, répond à leurs questions, modèrent les contribution et créée des évènements tels que des jeux concours ou des sessions de tchats.

  • Responsable e-merchandising : Le responsable e-merchandising a pour mission principale d’optimiser les taux de conversion acheteurs/visiteurs et de maximiser le panier moyen d’achat des internautes. Pour atteindre les objectifs fixés par sa Direction, le responsable e-merchandising optimise constamment le parcours client sur le site internet dont il a la charge et l’offre produit. Pour optimiser le parcours client, il va faciliter la navigation de ce dernier en créant un parcours logique d’achat et s’assurer qu’il suive le tunnel de conversion. Il optimise les fiches produits du site et gère le cross-sell (les dispositifs de recommandations produits, ventes additionnelles et complémentaires). Le responsable e-merchandising analyse les résultats de la stratégie mise en place.

  • Rédacteur web : Le rédacteur web est en charge de la rédaction de contenus pour un ou plusieurs sites web. Il peut exercer son activité au sein d’une entreprise, en agence ou en freelance. Le rédacteur web possède des compétences linguistiques et une aisance d’écriture. En entreprise, il travaille en collaboration avec un responsable éditorial qui établit la stratégie de contenu en fonction des différentes plateformes. Le rédacteur web suit la stratégie éditoriale et créé du contenu en adéquation avec cette dernière. Pour créer le contenu, le rédacteur web organise une veille spécifique approfondie sur le sujet. Il devra se plier aux conventions d’écriture relatives au web et aux moteurs de recherche pour le référencement naturel de ses articles.

  • Responsable acquisition : Le responsable acquisition est chargé de coordonner efficacement les différents canaux d’acquisition pour promouvoir la société pour laquelle il exerce. Pour cela, il créée différentes stratégies en fonction des canaux. Sur le web, il utilise le SEO, SEM, l’affiliation ou le remarketing. Sur le offline, il s’appuie sur le print et les médias. En fonction des objectifs fixés par sa Direction, il ajuste et optimise les budgets alloués et les objectifs à chaque canaux. Il est force de proposition : il préconise à sa Direction d’investir sur tel ou tel levier dans l’objectif d’acquérir le maximum de prospects possibles. Le responsable acquisition a également une mission de reporting et de suivi des performances : il analyse les résultats et la rentabilité canal par canal. Grâce à son analyse, le profil et le comportement des clients pourra être étudié avec plus de précision.

  • Chargé de référencement web : Le chargé de référencement web a pour objectif de positionner le site web de l’entreprise pour laquelle il travaille sur les premières pages des moteurs de recherche. Pour cela, il propose des améliorations techniques et éditoriales. En veille permanente, il est attentif aux changement d’algorithme et mises à jour des moteurs de recherche ainsi qu’aux tendances du web. Le chargé de référencement web identifie les cibles et les concurrents du site et choisit les mots clefs à travailler. Une fois son travail mis en place, il continue de suivre l’évolution du site pour ajuster et optimiser le référencement du site.

  • Digital Brand Manager : Le Digital Brand Manager a pour objectif de piloter la marque et sa notoriété. Il est le responsable de l’élaboration du plan stratégique de l’image digitale de l’entreprise ainsi que de son suivi exécutif et de sa gestion. Il élabore les stratégies d’e-influence et d’e-reputation de la marque et analyse leurs impacts. Le Digital Brand Manager est souvent Community manager. Il anime les entrées et le suivi de la marque dans les médias sociaux.

Les salaires moyens

ProfessionSalaire annuel brut moyenSources
Traffic ManagerJeune cadre : entre 25 et 40K
Cadre confirmé : entre 40 et 60K
L’APEC
Community ManagerEntre 24 et 50KJournalducm.com
Responsable e-merchandising3 à 5 ans d’expérience : entre 38 et 45K
5 à 10 ans d’expérience : entre 45 et 55K
LSA Conso
Rédacteur webJunior : 20K
Senior : 35K
Expert : 50K
Clémentine jobs
Responsable acquisitionJunior : entre 40 et 50K
Senior : entre 50 et 65K
Robert Half
Chargé de référencement webJeune diplômé : entre 22 et 30K
Jeune cadre : entre 30 et 50K
L’APEC
Digital Brand Manager54KRegionsjob

Zoom sur le secteur du e-commerce

Le e-commerce touche tous les domaines d’activité : la grande distribution, l’hôtellerie, la presse mais aussi l’éducation. C’est aujourd’hui un levier inévitable pour la plupart des entreprises. Selon la FEVAD, en 2016, les ventes sur internet ont progressé de 15% sur l’année. 1,029 milliard de transactions en ligne ont ainsi été effectuées, une augmentation de 23% par rapport à 2015. Le mobile prend une place de plus en plus importante et représente 16% des ventes en ligne en 2016, ce qui équivaut à un chiffre d’affaires de 11,2 milliards d’euros pour ce device.

En 2016, toujours selon la FEVAD, en France, 36,6millions de personnes font des achats sur internet, ce qui représente 82,7% des internautes français. En ce qui concerne les parts de marché par secteur, le tourisme domine les autres secteurs avec 44%. Viennent ensuite les produits culturels (43%) puis les textiles de maison (27%). Le reste du classement est composé par le high-tech (22%), l’électroménager (17%), l’habillement (16%) et les drive (5%). En France, depuis 2016, on compte 204 000 sites marchands actifs (+22 000 sites par rapport à 2015).

En 2016, toujours selon la FEVAD, en France, 36,6 millions de personnes font des achats sur internet, ce qui représente 82,7% des internautes français. En ce qui concerne les parts de marché par secteur, le tourisme domine les autres secteurs avec 44%. Viennent ensuite les produits culturels (43%) puis les textiles de maison (27%). Le reste du classement est composé par le high-tech (22%), l’électroménager (17%), l’habillement (16%) et les drive (5%). En France, depuis 2016, on compte 204 000 sites marchands actifs (+22 000 sites par rapport à 2015).

Découvrir le Bachelor E-commerce à distance

Le Bachelor européen E-commerce proposé par ENACO est un diplôme européen de niveau Bac +3 visé par la FEDE (Fédération Européenne des Ecoles). Accessible après un diplôme de niveau Bac +2, le Bachelor E-commerce peut se préparer à distance et se prépare en un an. Il permet aux étudiants d’obtenir des savoirs clefs et offre des débouchés assez larges.

Le Bachelor européen E-commerce permet de se former à des compétences clefs en e-commerce : la génération de leads, l’acquisition de trafic, le développement du marketing mobile et social, le webmarketing, l’e-fidélisation ou encore le référencement.

ENACO propose à ses étudiants de bénéficier, en plus de la formation de base de Bachelor E-commerce, de workshops dédiés à la conception de sites internet marchands et blogs durant leur parcours de formation. Les étudiants seront notamment formés à l’utilisation de WordPress ou Prestashop, deux solutions incontournables dans l’e-commerce.

Notez cet article :

note-1note-2note-3note-4note-5

5 votes


Article publié le 10/11/2017

les articles qui pourraient vous intéresser

orientation

Les débouchés du Mastère européen Management des RH
Lire l'article

orientation

Formation à distance et grandes vacances : nos 5 conseils pour réviser sereinement !
Lire l'article

orientation

BTS Assistant Manager à distance : à qui s’adresse-t-il ?
Lire l'article